Le Géant de la forêt amazonienne menacé !

 

Indiens de la communaute Achuar Arbre geant Cebu, racines Kapawi. Nature

Le Brésil est souvent associé à la forêt amazonienne d’une densité et d’une biodiversité remarquable. Un des espèces les plus emblématiques de cette forêt est le noyer du Brésil. Bien qu’il soit aussi présent en Bolivie, au Pérou et au Venezuela, le noyer du Brésil n’aura jamais été aussi beau et imposant, que dans la forêt amazonienne, où il trouve sa place parmi la nature encore sauvage. Cependant, cette espèce se trouve être menacée, et donc protégée.

Les caractéristiques de noyer du Brésil

Aussi appelé « castanheira do Para », par les Brésiliens, cet arbre peut atteindre les 40 mètres au sol, s’il est dans son milieu naturel. Une imposante hauteur qui ne saura laisser indifférent. Quant à son tronc, les arbres millénaires peuvent atteindre les 5 mètres de diamètre. Ils ne sont donc pas nommés « géant » pour rien.

Le feuillage de cet arbre est tout aussi impressionnant. En effet, les feuilles sont de forme oblongue ou ovale, et peuvent mesurer jusqu’à 60 cm de long. Les feuilles sont ainsi aperçues tout en haut du tronc dénudé. Le feuillage est effectivement limité à la partie supérieure de l’arbre, en lui donnant une forme arrondie, à l’image d’un champignon.

Concernant ses fruits, le noyer du Brésil produit ce qu’on nomme noix du Brésil, noix du Para, ou encore noix d’Amazonie. Ce sont des fruits contenu dans une coque marron mesurant 30 cm au maximum. A l’intérieur se trouvera des graines, qui contiendront, chacun, une douzaine de noix. Ainsi, chaque noyer a une production considérable de noix, chaque année. En effet, lors de la récolte, un noyer peut donner jusqu’à 300 Kg de noix, en fonction de son âge.

 

Les menaces qui pèsent sur l’espèce

Il faut savoir que le noyer du Brésil est une plante qui dépend des autres, pour pouvoir se développer pleinement. Son environnement joue un très grand rôle dans son évolution. C’est pour cela que les noyer du Brésil qui se trouve en forêt amazoniennes sont les plus beaux de tous. La biodiversité rencontrée en forêt lui est très bénéfique. La solitude est donc la première menace sur sa vie. Or, certaines pratiques paysannes visent à réaliser des brulis, laissant un environnement aride au noyer.

Sa grande exploitation par l’homme est la plus dévastatrice des menaces qui mènent cette espèce à son extinction inévitable, s’il n’est pas assez protégé. En effet, le bois de cet arbre est très recherché, grâce à sa robustesse et ses dimensions. Et le fruit qu’il produit est un fruit très énergétique, compte tenu de sa teneur en vitamines. D’autant plus que les noix peuvent être les matières premières pour la fabrication d’une huile sans cholestérol.

 

Il serait donc temps de se mettre à parler Brésilien, pour manifester contre les menaces qui mènent à la perte d’un arbre aussi majestueux que vertueux. Mais se rendre sur place, pour admirer la splendeur de ces arbres, pendant qu’il en est encore temps reste prioritaire. Cependant, il est conseillé d’apprendre le Brésilien avant de faire le voyage. Des formations, comme les cours de Brésilien à Paris pourront certainement vous aider.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *